Rose-association voit le jour en 2011 à l’initiative de deux amies, Céline Lis Raoux, journaliste malade de cancer et Céline Dupré, professionnelle de la communication en santé et accompagnante de malade.

A l’époque il n’existait aucun journal traitant de la vie des femmes malades du cancer. Bien que très nombreuses (le cancer touche 350.000 nouvelles personnes par an) les patientes ne disposaient d’aucune réponse à leurs interrogations concernant leur vie quotidienne : est-ce que je peux faire du sport ? Comment annoncer la maladie à mes enfants ? Est-ce que je peux continuer à avoir une vie sexuelle ? Où trouver un maillot de bain après une ablation?

Les deux amies ont donc décidé de concevoir et publier un magazine à destination des femmes souffrant d’un cancer avec 4 grandes caractéristiques :
Un magazine papier conçu comme un compagnon que les femmes mettraient dans leur sac pour aller à l’hôpital.
– Un magazine haut de gamme
car la vie quotidienne d’un malade est tellement aride qu’un peu de beauté, ce n’est vraiment pas du luxe.
Un magazine gratuit car toutes les femmes ont besoin d’informations et les plus modestes encore plus que les autres.
Un magazine féminin car on reste une femme avant tout.

C’est ainsi qu’est né Rose Magazine avec sa maquette plaisante, mêlant des articles de fond et des sujets légers.

Pourquoi Rose Magazine ?

Parce que l’ADN de Rose Magazine, c’est être un féminin de société. Les deux Céline souhaitaient un prénom féminin à l’Image des grands féminins historiques, Marie-Claire ou Marie-France. Un prénom doux et volontaire à la fois, qui transcende les générations et les classes sociales. Et « culotté » aussi à l’image de ce projet éditorial fou. Et dans Rose, on lit aussi « Ose ».

Le premier numéro est paru le 1er octobre 2011.

Rose Magazine Celine Dupre et Celine Lis Raoux

« C’est vrai qu’il fallait, en 2011, un petit grain de folie pour se lancer dans cette aventure : nous avions toutes les deux l’expérience du cancer, l’une comme malade, l’autre comme accompagnante. Nous voulions changer l’ordre des choses, bousculer les paradigmes du cancer qui présentaient toujours les malades comme des victimes, des morts en sursis, l’objet de la charité. » Céline Lis Raoux & Céline Dupré.

Rendez-vous également sur www.rosemagazine.fr